La jubilation. Voilà ce qu’on lit sur le visage de Bruce Toussaint alors qu’il énumère les éléments soumis à enquête au sujet des comptes de campagne de la France insoumise pendant les élections présidentielles. Face à Manuel Bompard, il jubile, il ne peut s’empêcher de le faire et surtout, de le montrer. Je ne suis même pas sûre qu’il cherche à dissimuler le plaisir qu’il a, à cet instant, à questionner, interroger, feindre de "cuisiner" le directeur des campagnes de la FI, pourtant tout disposé à donner toutes les réponses nécessaires. À l’évidence, ce moment d’accusation est pour le journaliste un pur ravissement.

C’est beau à voir, tant de joie sur un plateau télé. Regardez-le, il lance les insinuations comme si c’étaient des liasses de billets, hilare comme un gringo joufflu regardant les retombées, rigolard comme un enfant, il n’écoute plus vraiment ce qu’on lui dit en face, il s’en fiche, il n’est pas là pour ça. Ses propres paroles prononcées sans pause, comme autant de petites décharges électriques, semblent suffire à son bonheur. Mais qu’a Manuel Bompard à vouloir ainsi démontrer, point par point, chiffres à l’appui, l’inanité de ses allégations ?, se demande-t-il sans doute. [1] Un monologue – le sien - lui conviendrait mieux en réalité, ce serait même plus simple. Mais il faut tout de même sauver les apparences, et puisqu’un interlocuteur est en face, autant se servir de ce qu’il dit pour, oui : rebondir, pour mieux reprendre la salve, quitte à se répéter. Tout est bon pour prolonger le plaisir encore un peu. C’est que Toussaint est un professionnel. Il sait mettre en scène le match de boxe pour faire de l’audimat. Car sans audimat, pas d’émission, et sans émission, pas de plaisir.


La-presse-se-mire.jpg Il faut bien le reconnaître, on assiste là à un vrai « moment de grâce ».





On en a peu, profitons-en à notre tour. Oui oui, un moment de grâce, tout comme celui qui avait eu lieu lors de la démission en direct live de Nicolas Hulot sur France inter. Mais, on pourra m’objecter que ce qu’alors Léa Salamé avait nommé en ces termes, c’était précisément l’acte de démission to-ta-le-ment inattendu du Ministre de la transition écologique, et pas ce qu’elle a pu ressentir, elle, en l’interrogeant. Détrompez-vous... Et d’ailleurs, Salamé a dû s’excuser d’avoir employé cette expression déplacée, mais qui traduisait en réalité sa propre jubilation alors que le pauvre ministre, défait, épuisé, renonçait sous ses yeux aux ors de la République. Ce que cherche le/la journaliste, ce n’est pas que la vérité sorte de la bouche de ses interlocuteurs. Ce n’est pas plus la révélation de l’influence des lobbies sur les décisions du gouvernement (dans le cas de Hulot) que l’explication des sommes facturées par Médiascop (dans celui de Bompard).

Ce qui compte, la seule chose qui compte, la seule qui vaille de se lever le matin pour ces journalistes, c’est la montée d’adrénaline qu’ils connaîtront au moment de leur interview, émission, billet d’humeur, autrement dit de leur quart d’heure (quotidien, ou moins) de gloire. Alors, aux moins "politiques" ou suspicieux des lecteurs, même en évacuant la question de la dépendance de la presse, de son appartenance à une poignée de grands patrons : on voit bien qu'il y a un problème. Et dans les conditions dans lesquelles s'exerce le métier, avec de tels objectifs aussi, on comprend mieux ces innombrables fois où des paroles ont été déformées et ces entretiens où le journaliste arrive avec un avis tout fait, qui suscitent tant d'agacement. [2] 

D’une façon générale, dans les dispositifs médiatiques, l’autre existe-t-il seulement ? Sans doute pas. Les journalistes sont shootés à eux-mêmes. Ils s’écoutent jouer aux journalistes. Point. C’est le rôle qu’ils ont choisi dans la grande comédie humaine, ils se repaissent de s’écouter être. Et pour illustrer cette affirmation, je ne me contenterai pas de citer un Demorand ou un Brunet dont le seul nom, j’en suis sûre, suffit à faire comprendre de quel narcissisme je parle. Je renverrai vers quelques liens qui montrent comment les professionnels de la profession, les plus reconnus, les plus omniprésents, journalistes, chroniqueurs, tous, s’adonnent à cet exercice d’autosatisfaction.

Édito de Laurent Joffrin dans ''Libération''

Extrait de l'émission de Pascal Praud sur CNews

Ces quelques exemples parlent de l’ « affaire » (médiatique, s’entend) Mélenchon. Mais pas d’inquiétude, dans deux semaines une nouvelle saison reprendra, et de préférence sur un tout autre sujet. Pour le journaliste, le bon mot, la phrase qui tape, la « preuve » faite à soi-même de sa pertinence, de son brio et de la puissance de son esprit ont pris le pas sur l’analyse des situations. Les médias sont devenus un théâtre où s’entrechoquent des égos. Et c’est le drame que nous vivons de devoir nous informer en regardant vers une scène, en permanence éclairée par les projecteurs et aux décors en carton-pâte. Alors oui, la « détestation » des médias (mes colères étant plutôt froides, je préfère cacher des sentiments parfois vifs derrière des mots mesurés, mais d'autres termes, je crois, conviennent tout autant) est justifiée. Pas seulement parce que les médias mainstream sont à l’image du monde - individualiste, consumériste, accro à la com’ - mais parce qu’ils le font, ce monde.

Alors que leurs membres se serrent les coudes, qu’ils s’offusquent quand on s’en prend à eux. Qu’ils entretiennent, dans l’évocation incantatoire de la liberté d’informer qu’ils prétendent à leur tour « sacrée », « intouchable », leur contentement corporatiste. Qu’ils surjouent leur indignation dès qu’on révèle leurs propres outrances. Cette manière d’élargir d’un seul homme à l’échelle du groupe leur autosatisfaction a en fait pour seul but de poursuivre et de garantir leur plaisir d’habitude plus individuel. Qu’ils continuent après tout à s’écouter et écouter leurs propres sons résonner : nous ne sommes pas dupes. Alors c’est peut-être vrai, nul besoin de les pourrir davantage : les médias, à maints égards, sont à un stade déjà bien avancé.

Notes

[1] De mon côté, j'avais il y a quelques mois consacré un billet de blog au scandale de la commission des comptes de campagne et de sa présidence.

[2] Pour rappel, en 2014 seulement 23% de la population française faisait confiance aux médias. S'ils avaient eu un quelconque sens pour eux, ces chiffres alarmants auraient dû amener ces grandes figures du journalisme à s'interroger sur leur pratiques... À l'évidence ce ne fut pas le cas.